débâcle


débâcle

débâcle [ debakl ] n. f.
• 1690; de débâcler
1Dans un cours d'eau gelé, Rupture de la couche de glace dont les morceaux sont emportés par le courant. dégel; région. bouscueil.
2Fuite soudaine (d'une armée). Le front percé, ce fut la débâcle. débandade, déroute. Retraite qui s'achève en débâcle. « La Débâcle », roman de Zola (sur la défaite française de 1870).Effondrement soudain. C'est la débâcle pour son entreprise. faillite, ruine. La débâcle d'une fortune. Débâcle financière. krach.
⊗ CONTR. Embâcle.

débâcle nom féminin (de bâcler) Rupture des glaces d'un cours d'eau, entraînées alors par le courant, provoquant une augmentation rapide du débit, souvent génératrice d'inondations. Déroute d'une armée ; débandade : La retraite s'acheva en débâcle. Ruine, chute d'une entreprise, d'une affaire, etc. ; faillite : La débâcle d'une affaire immobilière.débâcle (difficultés) nom féminin (de bâcler) Orthographe S'écrit avec un accent circonflexe sur le a, comme son contraire embâcle et les mots de la famille de bâcler (de bâcle, barre servant à fermer un volet, une porte). ● débâcle (synonymes) nom féminin (de bâcler) Rupture des glaces d'un cours d'eau, entraînées alors par le...
Synonymes :
- dégel
Contraires :
- embâcle
Déroute d'une armée ; débandade
Synonymes :
- débandade
Ruine, chute d'une entreprise, d'une affaire, etc. ; faillite
Synonymes :
- déconfiture
- écroulement
Contraires :
- prospérité
- réussite
- succès

débâcle
n. f.
d1./d Rupture de la glace recouvrant un cours d'eau.
d2./d Bouleversement entraînant l'effondrement, la ruine. Débâcle financière.
Spécial. La débâcle d'une armée vaincue. Syn. déroute.

⇒DÉBÂCLE, subst. fém.
A.— 1. Dislocation des glaces recouvrant un cours d'eau, qui sont emportées par le courant. La débâcle des glaces. La débâcle, signe du printemps (MORAND, Chron. homme maigre, 1941, p. 177) :
1. ... entendez-vous ce craquement profond et formidable? C'est la débâcle! c'est la Néva qui s'écroule! c'est le fleuve qui reprend son cours! c'est l'eau vivante, joyeuse et terrible qui soulève la glace hideuse et morte et qui la brise!
HUGO, Napoléon le Petit, 1852, p. 16.
Rare. Faire débâcle. L'eau de la Mercy courait sous une voûte de glace qui, à chaque flux et reflux, faisait débâcle et se brisait avec fracas (VERNE, Île myst., 1874, p. 202).
En partic. Dislocation des glaces des mers polaires. Choc incessant des glaçons, précipités les uns contre les autres pendant la débâcle des mers polaires (LAUTRÉAM., Chants Maldoror, 1869, p. 251).
2. [P. réf. au mouvement impétueux d'un cours d'eau, à la masse d'eau emportée, à ce qu'il charrie] La débâcle des pluies d'automne (ZOLA, Ventre Paris, 1873, p. 627) :
2. Voici, (...) comme une débâcle, comme une inondation de débris sous la tristesse dense du ciel, voici un homme étendu comme s'il dormait; ...
BARBUSSE, Le Feu, 1916, p. 167.
B.— P. anal. Synon. diarrhée. Débâcle diarrhéique. Ces périodes d'arrêt étaient suivies de débâcles qui me forçaient à l'[un animal] exiler pour un temps dans un panier (GIDE, Feuillets, 1949, p. 1119).
C.— Fig. et fam.
1. Rare. [L'accent est mis sur le mouvement]
a) Jaillissement :
3. La digestion du peu qu'elle a mangé semble faire jaillir d'elle une expansion vivace de récits, de souvenirs, de portraits des gens à l'emporte-pièce, des débâcles de phrases à la Saint-Simon.
GONCOURT, Journal, 1868, p. 452.
b) [En parlant de pers.] Déferlement. Chez nous, par quel miracle Tous ces nouveaux venus? Quelle est cette débâcle D'invités inconnus? (LABICHE, Si jamais je te pince, 1856, III, 3, p. 315). Il y avait une débâcle de créanciers, (...) qui venaient chaque jour s'installer sur une banquette de l'antichambre (ZOLA, Nana, 1880, p. 1124).
2. [L'accent est mis sur le résultat du mouvement]
a) [En parlant de la bonne marche de qqc., ou de la bonne tenue morale de qqn] Retournement de situation entraînant un effondrement, un désarroi total. (Être) en débâcle. L'Angleterre avait (...) jeté chez l'ennemi des liasses de faux assignats et combiné, faute d'effondrement militaire, une débâcle financière (P. ROUSSEAU, Hist. techn. et invent., 1967, p. 197) :
4. Tu ne saurais te figurer dans quel état de crise se trouve la librairie depuis le mois de novembre dernier. Le commerce des livres est presque absolument paralysé; des faillites multipliées ont eu des contre-coups qui ont ébranlé nos plus fortes maisons. Toutes les affaires sont ou en débâcle ou en stagnation.
HUGO, Correspondance, 1826, p. 432.
b) [En parlant d'un groupe de pers. homogène] Changement brusque de situation entraînant une fuite désordonnée, une débandade. Un cri éclata :« Les gendarmes! les gendarmes! » Ce fut une débâcle, un sauve-qui-peut si éperdu, qu'en deux minutes la route se trouva libre (ZOLA, Germinal, 1885, p. 1455).
D.— Spéc. Débandade, déroute d'une armée. La Débâcle (roman de Zola). La débâcle avait commencé à Moscou; les routes de Kazan étaient couvertes de fugitifs (CHATEAUBR., Mém., t. 2, 1848, p. 435). La retraite allemande tournait en débâcle (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 420).
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694, s.v. desbacle; ds Ac. 1718-1932 sous la forme moderne. Étymol. et Hist. 1. 1680 debacle « action de débarrasser un pont des vaisseaux qui l'encombrent » (RICH.); 2. 1690 « rupture des glaces dans une rivière » (FUR.); 3. 1803 fig. « révolution » (BOISTE). Déverbal de débâcler. Fréq. abs. littér. :310. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 124, b) 412; XXe s. : a) 925, b) 433. Bbg. TETU (F.). Lex. de l'hiver. Fr. Monde. 1973, n° 101, p. 35.

débâcle [debɑkl] n. f.
ÉTYM. 1690; « action de débâcler un port », 1680; déverbal de débâcler.
1 Dans un cours d'eau gelé, Rupture subite de la couche de glace dont les morceaux sont emportés par le courant ( Dégel; au Canada, Bouscueil). || Icebergs des débâcles polaires. || Crues de débâcles. || Amoncellement de glaçons barrant le lit d'une rivière au moment de la débâcle. Embâcle.
1 Les premiers qui s'éloignent du bord avertissent que la glace plie sous eux, qu'elle s'enfonce, qu'ils marchent dans l'eau jusqu'aux genoux; et bientôt on entend ce frêle appui se fendre avec des craquements effroyables qui se prolongent au loin comme dans une débâcle.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, X, 9.
1.1 Déjà la débâcle s'était produite dans différents endroits, et quelques glaçons flottants se dirigeaient vers la haute mer.
J. Verne, Un hivernage dans les glaces, p. 328.
Par métaphore :
1.2 (…) ces premiers craquements, en Russie soviétique, étaient annonciateurs non d'un simple dégel mais d'une débâcle immense (le terme n'offre rien de péjoratif quand il désigne des glaces qui fondent).
F. Mauriac, Bloc-notes 1952-1957, p. 242.
2 Fig. Désorganisation brusque qui entraîne le désordre, la confusion. || Débâcle des opinions, des mœurs.
2 Quel que fût l'intérieur du roi, il est certain que sa décence contenait quelque peu la débâcle des mœurs, à la cour, dans l'église.
Michelet, Louis XIV et le duc de Bourgogne, p. 151, in Littré.
2.1 Sous l'action du fléau, les cadres de la société se liquéfient. L'ordre tombe. Il assiste à toutes les déroutes de la morale, à toutes les débâcles de la psychologie, il entend en lui le murmure de ses humeurs, déchirées, en pleine défaite, et qui, dans une vertigineuse déperdition de matière, deviennent lourdes et se métamorphosent peu à peu en charbon.
A. Artaud, le Théâtre et son double, Idées/Gallimard, p. 19-20.
3 a Fuite soudaine et massive (d'une armée). || Le front percé, ce fut la débâcle. Débandade, déroute. || Retraite qui s'achève en débâcle. || Une débâcle générale. || La Débâcle, roman d'E. Zola.
b Effondrement soudain. || C'est la débâcle pour son entreprise. Faillite, ruine. || La débâcle d'une fortune. || Débâcle financière. Krach, renversement.
3 (…) ils furent tous obligés de fermer (…) Pourtant, au milieu de la débâcle, un moulin avait tenu bon et continuait de virer courageusement (…)
Alphonse Daudet, Lettres de mon moulin, « Le secret de Me Cornille ».
4 La débâcle s'est faite si je puis dire d'un seul tenant, et en moins de quelques années.
Ch. Péguy, la République…, p. 283.
4 Débâcle intestinale, ou, absolt, Débâcle. Colique, diarrhée.
CONTR. Embâcle. — Réussite, victoire.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Debacle — Débâcle La débâcle, en météorologie, caractérise la fonte des glaces d un fleuve ou de la mer. La débâcle, qui a lieu au printemps, est suivie d un accroissement rapide du débit du cours d eau et de crues ou d inondations. Le déglacement des… …   Wikipédia en Français

  • débâcle — DÉBÂCLE. s. f. Amas de glaçons qui arrivent avec impétuosité dans un dégel subit, après qu une rivière a été prise long temps. La rivière grossit, out le monde se prépare à la débâcle. La débâcle a fait périr bien des bateaux.Débâcle, se dit… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • debacle — ‘Desastre’. Es voz femenina, como en francés, lengua de donde la hemos tomado: «El diario habla de la debacle norteamericana en Saigón» (Collyer Pájaros [Chile 1995]). Es palabra llana [debákle], por lo que son incorrectas tanto la grafía como la …   Diccionario panhispánico de dudas

  • debacle — (del francés) sustantivo femenino 1. Desastre, destrucción, derrota: El partido fue la debacle, perdimos por seis a cero. La crisis es cada día más grave y esto se aproxima a una debacle …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • débâclé — débâclé, ée (dé bâ klé, klée) part. passé. Le port étant débâclé …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • debacle — (n.) disaster, 1848, from Fr. débácle downfall, collapse, disaster (17c.), a figurative use, lit. breaking up (of ice on a river), extended to the violent flood that follows when the river ice melts in spring; from débácler to free, from M.Fr.… …   Etymology dictionary

  • debacle — s. m. Mau resultado. = FRACASSO ≠ ÊXITO, SUCESSO   ‣ Etimologia: francês débâcle …   Dicionário da Língua Portuguesa

  • debacle — (Del fr. débâcle). f. desastre. U. t. en sent. fig.) …   Diccionario de la lengua española

  • debacle — [di bä′kəl, dibak′əl; dābä′kəl] n. [Fr débâcle, breakup, overthrow < débâcler, to break up < dé , DE , + bâcler, to bar, prob. < VL * bacculare < * bacculum, var. of L baculum, staff: see BACILLUS] 1. a breaking up of ice in a river,… …   English World dictionary

  • Debacle — De*ba cle, n. [F. d[ e]b[^a]cle, fr. d[ e]b[^a]cler to unbar, break loose; pref. d[ e] (prob. = L. dis) + b[^a]cler to bolt, fr. L. baculum a stick.] 1. (Geol.) A breaking or bursting forth; a violent rush or flood of waters which breaks down… …   The Collaborative International Dictionary of English


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.